seins

Retirer ses implants mammaires : Explantation de prothèses mammaires

  • Seins
  • Retirer ses implants mammaires : Explantation de prothèses mammaires

Certaines femmes ayant eu recours à une augmentation mammaire peuvent décider à un moment de leur vie qu’elles souhaitent retrouver leur poitrine initiale ou changer de silhouette mammaire. Si une augmentation mammaire est une chirurgie réversible et qu’un retrait d’implants permet d’obtenir un résultat très naturel, il est important que cette décision soit réfléchie et prise pour de bonnes raisons. Le chirurgien proposera alors la meilleure technique possible s’adaptant à la forme et au volume final à obtenir.

Pourquoi retirer ses implants mammaires ?

Une poitrine qui ne correspond plus…

Que l’on souhaite se faire poser ou se faire retirer des implants mammaires, il s’agit toujours d’un choix éminemment personnel. L’objectif n’est pas de répondre à tel ou tel canon de beauté, mais d’obtenir une silhouette mammaire harmonieuse qui correspond à un désir et une anatomie personnels.

L’image que l’on se fait de soi-même peut évoluer avec le temps. Pour certaines femmes dont la poitrine s’est peu développée lors de l’adolescence, le fait d’avoir une poitrine généreuse peut apporter une grande satisfaction personnelle et favoriser une plus grande confiance en soi.

Après quelques années, cette poitrine peut ne plus correspondre à l’image qu’elles se font d’elle-même. Certaines femmes souhaitent alors enlever leurs prothèses pour retrouver leur silhouette mammaire initiale (avant la pose des prothèses) ou parce que leur poitrine à changer, a pris du volume par exemple... D’autres souhaitent retrouver une silhouette mammaire différente (en conservant des implants, mais avec une forme et un volume différents).

Une poitrine trop volumineuse…

Bien qu’il n’existe pas une poitrine aux proportions « idéales », il arrive qu’une augmentation mammaire par prothèses conduise à une surcorrection du volume des seins.

La nouvelle poitrine apparait alors trop volumineuse par rapport à l’anatomie initiale de la patiente et peut donc manquer de naturel.

Un changement ou un retrait de prothèses peut alors être envisagé pour corriger une poitrine devenue trop volumineuse après la pose d’implants prothétiques.

Une poitrine qui devient une gêne au quotidien.

Un retrait ou un changement de prothèses est également indiqué lorsqu’une poitrine devient la source d’une gêne fonctionnelle.

Chez certaines femmes, une poitrine qui a fait l’objet d’une augmentation mammaire peut être la source d’inconforts au quotidien. Les seins peuvent apparaitre trop gros ou trop lourds dans les situations de la vie quotidienne. Des prothèses mammaires peuvent notamment devenir une source de gêne fonctionnelle lors de la pratique d’activités sportives par exemple.

Parfois, des seins ayant fait l’objet d’une augmentation par prothèses peuvent être à l’origine de douleurs au niveau du dos en raison de leur poids. Avec l’âge et l’affaissement des tissus (ptose), la poitrine peut devenir tombante et lourde, et être la source de gênes à la fois fonctionnelle et esthétique.

Dans de rares cas, la formation d’une coque peut nécessiter le retrait des implants mammaires. La coque périprothétique est une réaction inflammatoire due à la présence d’un corps étranger dans l’organisme. Un retrait des prothèses doit être envisagé si le stade est avancé (stade 4) ou si la patiente est gênée sur le plan fonctionnel (douleur) et/ou esthétique (modification du galbe).

Les « mauvaises » raisons de retirer ses implants

L’allaitement

Contrairement à certaines idées reçues, le port d’implants mammaires est compatible avec l’allaitement. Lors de la pose des prothèses, le chirurgien prend toutes ses précautions pour que les canaux galactophores (les canaux conduisant le lait vers les mamelons) ne soient pas perturbés par la mise en place des implants, surtout quand les cicatrices sont placées dans les sillons sous-mammaires. Un risque modéré existe par voie péri-aréolaire.

Il faut juste considérer qu’en cas d’augmentation mammaire accompagnée d’une correction de ptôse, l’allaitement peut être perturbé par le déplacement de l’aréole. Lors d’une chirurgie des seins, il est important de toujours évoquer avec le chirurgien ses projets de maternité.

Le dépistage du cancer du sein

Les implants mammaires n’empêchent pas le dépistage précoce du cancer du sein. En effet, l’auto-examen est toujours possible ainsi que l’examen clinique par un gynécologue ou le médecin traitant. Les outils d’imagerie tels que la mammographie, l’échographie mammaire ou l’IRM permettent également de faire un diagnostic précoce du cancer du sein, avec la même efficacité que pour les patientes ne portant pas de prothèses.

Il est néanmoins important de signaler lors des examens si vous êtes porteuse d’implants prothétiques de façon à ce que le diagnostic prenne bien en compte leur présence.

Inquiétudes concernant les risques associés à certaines prothèses

Par mesure de précaution, l’ANSM a décidé de retirer du marché les implants mammaires texturés qui peuvent constituer un facteur de risque dans l’apparition d’épanchements chroniques, eux-mêmes pouvant être incriminés dans la survenue de LAGC-AIM. Le risque de survenue d’un LAGC étant extrêmement faible, le retrait préventif des implants concernés n’est pas recommandé par l’ANSM en l’absence d’épanchement chronique ou d’autre complication.

Par contre, le retrait préventif des implants PIP est conseillé depuis 2011, même en l’absence de signes de détérioration des implants.

Comment se déroule le retrait de prothèses mammaires ?

Consultation préopératoire :

Comme dans le cas d’une pose de prothèses, une consultation initiale est indispensable pour déterminer si le retrait des prothèses est indiqué. Le chirurgien fera le point avec vous sur les raisons pour lesquelles vous souhaitez retirer ou modifier vos prothèses. Il est essentiel que votre décision soit parfaitement informée et murement réfléchie.

Lors de cette consultation, le chirurgien répondra à toutes vos questions et vous guidera dans votre réflexion. Cette consultation permettra de faire le point si vous avez des inquiétudes en ce qui concerne les risques liés à la formation d’une coque ou au port d’un certain type de prothèses. Il serait dommage de retirer ses implants pour de mauvaises raisons et de le regretter par la suite.

Il vous expliquera l’intervention et vous présentera clairement les différentes options chirurgicales ainsi que le résultat que vous pourrez obtenir en fonction du type d’intervention pratiqué.

Le principe de l’intervention :

Le retrait des prothèses mammaires est une opération de chirurgie des seins simple et présentant peu de risques. Un retrait d’implants mammaires dure généralement moins d’une heure. L’intervention peut être plus longue si le retrait s’accompagne d’une correction de ptose, d’un lifting mammaire ou d’une remise en place d’implants mammaires (plus petits par exemple) pour dans ce cas un changement d’implants.

Dans certains cas, une diminution de la taille des implants peut aussi s’accompagner d’une correction de ptose mammaire, on parle alors de plastie-prothèses mammaires.

Le chirurgien procède d’abord à des incisions au niveau des zones utilisées lors de la pose des prothèses. Quatre types d’incisions sont pratiqués lors de la pose d’implants mammaires : péri-aréolaire, sous-mamelonnaire, axillaire, sous-mammaire (4). Le chirurgien procède ensuite au retrait des prothèses mammaires avant de refermer les incisions.

Position de la cicatrice en fonction du type d'incision pratiqué lors de la pose et le retrait de prothèses mammaires

Lorsque la poitrine présente un certain degré de ptose (affaissement) ou lorsque le volume des prothèses était significatif, le retrait des prothèses doit s’accompagner, pour leur donner une jolie forme, d’un remodelage des seins. Ce geste chirurgical consiste à redrapper la peau et supprimer celle en excès pour obtenir un meilleur résultat que ce que permettra la seule cicatrisation après le retrait.

Un retrait d’implants mammaires se déroule généralement dans le cadre d’une hospitalisation en ambulatoire (sortie de la clinique le soir même de l’intervention).

L’intervention est souvent réalisée sous anesthésie générale, mais peut également être sous anesthésie locale.

L’intervention n‘est pas prise en charge par l’assurance maladie, sauf si l’intervention initiale avait été prise en charge.

Suites opératoires du retrait d’implants mammaires

Des douleurs très limitées

Les douleurs postopératoires sont très limitées. Le retrait d’implants mammaires implique moins de douleurs que la pose des prothèses dans la mesure où la peau ne fait pas l’objet d’une tension liée au nouveau gable du sein créé par la prothèse.

La convalescence dure un jour ou deux. Il est possible de retourner au travail dès le lendemain de l’intervention. Par contre, il faut attendre au moins deux à trois semaines avant de reprendre le sport.

Le résultat obtenu

Le résultat dépendra de l’anatomie initiale de la patiente, de la qualité de la peau et du type de prothèse qu’elle portait.

Le résultat définitif de l’intervention n’est pas visible immédiatement après le retrait. S’il est possible d’observer immédiatement un changement de volume, la forme définitive de la poitrine se met en place progressivement dans les semaines et mois qui suivent l’intervention, car le sein va plus ou moins se retracter pour avoir sa forme définitive au bout de quelques mois. Le résultat du retrait des prothèses est généralement considéré comme définitif après 6 à 12 mois.

Retrait des implants et lifting mammaire

Il faut savoir qu’une augmentation mammaire est une intervention réversible. Lorsque les implants sont retirés, que ce soit pour des raisons esthétiques ou médicales, la poitrine reprendra progressivement sa forme initiale si l’augmentation était modérée et les tissus mammaires encore bien « élastiques ».

Si le volume de la prothèse enlevé est modéré, le sein reprendra se forme initiale par rétractation des tissus. Après quelques mois, la poitrine adoptera sa forme définitive et retrouvera sa forme initiale. Parfois, la glande mammaire a pu plus ou moins légèrement diminuer ou augmenter naturellement avec le temps aussi et le résultat sera alors de volume différent qu’avant la pause des implants.

Néanmoins, si le volume de la prothèse était important ou si les seins présentaient un certain degré d’affaissement, le retrait doit s’accompagner d’un lifting mammaire pour obtenir le meilleur résultat possible. Les cicatrices induites par ce geste chirurgical supplémentaire sont celles d’une plastie mammaire de ptose.

En cas d’inflammation :

Le retrait d’implants mammaires est une opération bénigne et présentant très peu de risque, à condition qu’il n’existe pas de complication associée. En effet, le retrait est plus compliqué si l’implant mammaire est à l’origine d’une inflammation des tissus. Il faut alors enlever la « capsule périprothétique » inflammatoire au moins en partie, qui isole le corps étranger des tissus environnants.

Enlever des prothèses mammaires : en résumé

  • Résultat : Progressif, définitif après 6 à 12 mois
  • Anesthésie : Générale
  • Hospitalisation : Ambulatoire
  • Douleur : Très limitées
  • Cicatrices : Discrètes, position dépend du type d'incision pratiquée
  • Convalescence : 1 à 2 jours
  • Reprise du sport : progressive à partir de 2-3 semaines
Partager :
Dr Cédric Kron - Chirurgien esthétique à Paris

Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie, Ancien Interne Médaille d'Or de Chirurgie et Chef de clinique des Hôpitaux de Paris, le Dr Kron est qualifié en Chirurgie Plastique, Reconstructrice et esthétique. Il exerce son activité de chirurgien esthétique à Paris, dans un centre dédié à une prise en charge sur-mesure du visage et du corps.