jambes

Remodelage et galbage des mollets par prothèses

Remodelage et galbage des mollets par prothèses

La pose d’implants prothétiques au niveau des mollets permet de corriger les mollets trop fins, appelés couramment « mollets de coq ». L’intervention consiste à mettre en place une prothèse souple en gel de silicone permettant de galber les mollets atrophiés en reproduisant le galbe créé par les muscles.

1. Principe d'un remodelage des mollets

Les implants sont placés à l’intérieur de la gaine du muscle du mollet (appelé muscle jumeau). Une incision de 3 cm est pratiquée derrière le genou (au niveau du creux poplité). Les prothèses sont ensuite introduites dans la loge créée sous la membrane fibreuse du muscle, sans section des muscles jumeaux.

En fonction de l’anatomie initiale du patient et du volume désiré, le chirurgien introduira une ou deux prothèses par mollet.

Les prothèses sont fabriquées en gel de silicone et sont conçues pour supporter les tensions qui s’exercent dans cette partie du corps.

2. Suites opératoires de la pose d'implants dans les mollets

L’intervention dure généralement entre 45 minutes et 1 heure 30.

Les douleurs postopératoires sont généralement limitées et peuvent être calmées par des antalgiques classiques. Comme après toute opération, il est normal de constater un œdème (gonflement) et des ecchymoses (bleus) au niveau des mollets et des chevilles. Une sensation de tension au niveau du mollet est généralement ressentie pendant quelques jours. Un œdème au niveau de la cheville peut persister pendant une à trois semaines.

Une gêne à la marche est ressentie mais s’estompe progressivement après une semaine et disparaît complètement après la troisième semaine suivant l’intervention. Les activités de la vie quotidienne peuvent être reprises normalement après une semaine.

Si les cas de complications liées à la pose de prothèses sont rares, il faut considérer qu’il s’agit d’une intervention chirurgicale qui implique les risques liés à l’anesthésie et au geste médical (cf. Les Risques en chirurgie). La pose d’une prothèse présente le risque d’une contracture capsulaire (la capsule fibreuse se rétracte autour de l’implant). Une intervention de retouche doit alors être envisagée pour sectionner la capsule ou, si le patient le souhaite, enlever la prothèse.

Fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie. Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l'intervention élimine ce risque supplémentaire. Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.

3. Résultat d'un remodelage des mollets par prothèses

Le résultat définitif de l’intervention peut s’apprécier au bout de 3 mois.

Dans la mesure où la pose des implants implique une incision de 3 cm dans la partie haute du mollet, une cicatrice discrète apparaît derrière le genou. Elle perd sa couleur rosée au bout de trois mois et s’attenue progressivement pour retrouver la couleur de la peau.

Le gel de silicone ayant une consistance très proche de celle des tissus, la présence des prothèses est très peu perceptible au toucher.

Partager :
Catégories :
jambesprotheses
Dr Cédric Kron, chirurgien esthétique à Paris
Dr Cédric Kron

Ancien Interne Médaille d'Or de Chirurgie et Chef de Clinique des Hôpitaux de Paris, le Dr C. Kron est qualifié en Chirurgie Plastique, Reconstructrice et esthétique. Il exerce son activité de chirurgien esthétique à Paris, dans un centre entièrement dédié à une prise en charge globale et sur-mesure du visage et du corps.